1780

Bien que mal traduit ce document prouve l’authenticité de l ‘acte d’achat du corps de ferme “jouanou ” qui deviendra dans le temps “lasserre”

Le sieur COUSTOURET de CAUBIOS qui voulait payer a son frère cadet ses droits de légitime, il ne trouvait point pour y parvenir, de moyens plus analogue a ses intérêts que celui de vendre une maison située dans le même lieu appelé jouannou                               Cette maison et ses dépendances donnent un droit institué et le pourvut devant les jurats pour obtenir la permission d’en disposer, ensuite il fit procéder aux publications accoutumées, enfin tomba d’accord  avec Bernard LASSERRE du même lieu pour une somme de 600                                                                                                                                             Par acte public qui fut passé le 11 juillet 1780 concernant cette vente il fut dit que l’acheteur reçoit cette maison  avec le droit de voisinage et tout autres s’y rattachant qui est déclaré dans une danse du vendeur et vers la fin de l’acte que le vendeur promet de garantir cette vente

Le 14 avril 1785

LASSERRE acquéreur dit signer aussi un acte extra judiciaire qui parait dirigé également contre les jurats et qui contient quelques conversations assez témoignables   Il y déclare d’abord que les jurats se refusent a le laisser jouir du droit de voisinage, il y témoigne que c’est la un droit réel et céleste même que c’est le fondement de la réalité qu’il menace le vendeur d’une action en garantie .Ensuite et par opposition a ce long conflit , il rapporte que les jurats lui ont dit que le droit de voisinage est personnel dans le lieu qu’ainsi il faut que pour l’acquérir il paie une certaine somme  et il finit par admettre comme une vérité constante la personnalité de droit                                                                                             On sait que de pareilles incertitudes  ne concernent pas le vendeur. Dans ce cas il ne peut s’embarrasser de bien près , mais LASSERRE est revenu par une requête du mois de janvier dernier dans laquelle il a rapporté qu’il c’etait fait recevoir voisin mais qu’il lui en avait coûté 32. Il se pourvoit contre le vendeur en restitution de cette somme                       C’est a cette prestation que le vendeur  doit  se défendre, ses moyens sont bien simples et en même temps bien peremtoire                                                                                                               Le vendeur croit sans difficultés le voisinage réel dans les campagnes et attaches aux anciennes maison d’un village, la cour le croit lui-même comme on l’a vu et ce met même que vu pareil motif quel qu’en soit l’annonce d’une notion en garantie

1780 bis    jugement                                                                                                                                      Il aurait pu avoir raison d’y penser si sa maison avait été de nouveau en formation et habitation, mais au tas tellement ancien qu’elle formait un tas de ruine ainsi qu’on a pu l’apercevoir par les formalités qu’il a fallu remplir pour qu’on autorise a la vendre .Or ce fait est décisif et il n’y a pas six mois que la cour a ordonné faveur semblable contestant la preuve de l’ancienneté de la maison vendue dans une affaire  entre les chicanes de voisinage et le comté du même lieu                                                                                                      On voit donc que le vendeur aurait pu garantir facilement LASSERRE a acheter ou a mieux dire vendre   sa garantie très superflue, si celui-ci avait laissé le  tout sans total   Mais il a mieux aimé décider avec les jurats que le droit soit personnel, se faire recevoir voisins, à payer pour cela malgré différents arrêtés même de règlements différants .Pour le défendant tout est donc consommé pour son fait et il n’a plus rien a réclamer                        Il y a plus c’est que leur affaire suivante était encore entière, sa réclamation serait mauvaise  en s’opposant  avec lui le droit personnel ou même  simplement mixte, en effet  il est évident  que le vendeur n’a voulu s’y opposer et ne vendre que ses droits réels  tel quel et vient         personnel, et a tout ce qui tient à l’aptitude de pouvoir remplir tout en qualité individuelle en faculté pécuniaire tout cela dépendait de la vente et ne pouvait dépendre que du vendeur                                                                                                                      CLL déclare la vente en tout que de besoin non recevable et en tous les cas mal fondée dans la vente comme se faisant elle relaxe le vendeur avantage normalement pour que au payant la cour ordonne a la partie requerrante

Fait a                      en le 12 mars 1887            Camgrands

1780b                            

1780a

 

 

 

 

 

 

 

lasserre jurats

Acte reconnaissant le paiement de la vente de la parcelle de terre entre yanine bascon  dite yanine lavigne et lasserre

1804[1024x768]

yanine1804

 

1804c [1024x768]

1804b [1024x768]

 

1804d [1024x768]

En cette décennie naîtront jean pierre lalanne en 1764? et marie bayrade en 1761

Ils fonderont la première génération à”lasserre

Et leur fille  jeanne  en 1794 qui se maria  avec jean laffargue  né en 1787

                                   Eux fondèrent la deuxième génération

Vie politique et événementielle du moment

LORS de l’

Achat de la maison LASSERRE  dite Joanhou (1780)

par lasserre oncle

ROI de FRANCE

LOUIS XVI(royauté – monarchie)

\____ϖ____ϖ_____ϖ_____ϖ_____ϖ_____ϖ_____ϖ_____/

                                                                                                                                                                                                                      IL ÉTAIT UNE FOIS